La calibration vidéo

La calibration vidéo est une étape essentielle pour exploiter tout le potentiel de son home cinéma. Que vous regardiez un film dans votre salon, une pièce multimédia ou une salle dédiée vous n’y échapperez pas.

Découvrez pourquoi en parcourant cet article.

Une réalité économique

L’industrie du cinéma a fixé des normes sur lesquelles s’appuient ingénieurs et techniciens pour que, depuis la capture d’une image par la caméra jusqu’à sa diffusion en salle, il n’y ait aucune dégradation de l’information (à noter que c’est aussi valable pour la capture d’un son).

La norme référence, ou norme chapeau, a été définie par le consortium DCI (Digital Cinema Initiatives).

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de considération artistique ici, seuls les aspects technique et économique comptent, le but est simple : capturer , enregistrer et reproduire fidèlement l’information.

Ce que la majorité des spectateurs ne sait pas est qu’une déclinaison de ces normes s’applique au Home Cinéma avec la même finalité.

Ainsi quand un film passe de son format cinéma vers son format Home Cinema (sur un DVD, un blu-ray, un disque dur) toutes les personnes impliquées savent ce qu’elles ont à faire et comment elles doivent le faire. Le maillon faible se situe au moment de la diffusion donc quand vous regardez le film depuis vos équipements vidéo. En effet, rien ne garantie que le diffuseur chez vous, dans votre environnement, sera réglé comme il se doit pour reproduire les images en toute fidélité. Aussi, c’est souvent la déception qui fait suite à l’euphorie de l’achat tant convoité quand on se rend compte que quelque chose « cloche techniquement » dans la restitution vidéo de son home cinéma. Pas de panique, dans 99% des cas il existe un moyen de tout remettre en ordre en effectuant une calibration vidéo.

En quoi consiste une calibration vidéo ?

Une calibration vidéo consiste à régler, autant que faire se peut, son diffuseur (télévision, vidéo projecteur) dans son environnement (salon, salle dédiée, etc) pour qu’il restitue le plus fidèlement possible les images (l’information) ou, en d’autres termes, pour qu’il restitue les images comme la norme le prévoit. En Home Cinéma, les normes applicables à la haute définition sont les suivantes :

Une séance de calibration vidéo va donc débuter par l’évaluation des performances du diffuseur en dressant son profil colorimétrique, on parle aussi de cartographie. Ce profil est établit en affichant des mires de référence et en mesurant la réaction du diffuseur. Au plus le nombre de mires (et de mesures associées) sera grand, au plus la cartographie sera précise. Enfin, au plus cette cartographie sera proche de la norme, au moins le diffuseur aura besoin d’être réglé.

Ainsi, pour mener à bien une calibration vidéo, les éléments suivants sont nécessaires :

  • un générateur de mires de référence,
  • un ou plusieurs appareils de mesure,
  • un logiciel pour interpréter les mesures et les analyser,
  • un média adapté pour vérifier le comportement des sources connectées au diffuseur calibré.

Le générateur de mires

Son rôle consiste à afficher les mires nécessaires à la stimulation du diffuseur à calibrer. Il doit être totalement neutre, autrement dit, il ne doit pas altérer le signal qu’il génère. Je vous livre ci-dessous une liste non exhaustive de générateurs de mires adaptés à la haute résolution.

Un PC avec une carte graphique à sortie HDMI : c’est le moyen qui demande le plus de précautions car il convient de s’assurer qu’aucun paramétrage colorimétrique (profil ICC par exemple) ne vienne altérer la neutralité nécessaire à la carte graphique.

DVGfront

Le générateur Accupel DVG-5000 : un des plus complets du marché, il n’est pour le moment que 1080p (une version ultra haute définition serait en préparation). Aucune précaution particulière n’est à prendre, il est plug&play. Son prix varie entre 1499$US et 1899$US suivant le modèle choisi.

Le DVDO TPG 4K : un générateur Ultra Haute Définition (4K) abordable avec tout le savoir faire de DVDO, plug&play lui aussi, son prix est aux alentours de 1300$US.

L’appareil de mesure

L’appareil de mesure, appelé généralement « sonde », va mesurer la mire affichée par le diffuseur. C’est de loin l’équipement le plus cher dans la panoplie du calibreur. Ci-dessous, les six sondes les plus utilisées par les professionnels car elles offrent les meilleures performances (grande sensibilité quel que soit le niveau de lumière, répétabilité, précision, fiabilité) ainsi qu’une sonde bon marché qui conviendra au calibreur amateur.

pr670

Le photoresearch PR670 : c’est un spectroradiomètre, il coute aux alentours de 13000$US.

jeti_1201-l_probe

Le jeti 1201-L : c’est un spectroradiomètre, il coute aux alentours de 5000$US.

i1Pro2_2

La Xrite i1Pro2 : c’est un spectrophotomètre, il coute environ 700$US.

CR-100

Le CR-250 et Le CR-100 : le premier est un spectrophotomètre, il coute environ 4500$US. Le CR-100 est un colorimètre, il coute aux alentours de 4000$US.

klein_k10-a

Le Klein K10-A : c’est un colorimètre, il coute aux alentours de 5000$US.

i1_display_pro_oem

La Xrite i1D3: c’est un colorimètre bon marché, il coute environ 180$US. Bien évidement, cette sonde n’offre pas les mêmes performances ni la même fiabilité dans le temps que celles présentées ci-dessus mais pour son prix elle se défend tout de même plutôt bien. Elle est cependant 4 à 5 fois moins rapide qu’un Klein K10-A ou un CR-100 ce qui la rend inadaptée à la création de profil au-delà de 2000 mesures et peut s’avérer être un handicap pour la réalisation d’une calibration 3DLUT qui requière au moins 4913 mesures pour atteindre les meilleurs performances.

Le logiciel pour interpréter les mesures et les analyser

Ils permettent de faire des calibrations 1DLUT et 3DLUT  en s’interfaçant avec quasiment tous les générateurs de mires et les sondes du marché. Leur fonction principale est de stocker les mesures réalisées pour pouvoir les analyser.

Les logiciels que j’ai sélectionnés ci-dessous sont les plus connus, ils se déclinent en général sous deux versions, une pour les amateurs et une pour les professionnels. Les versions professionnelles coutent entre 1000$US et 3000$US. Les versions amateurs varient entre 200$US et 500$US. Les différences entre une version amateur et une version professionnelle sont listées précisément sur le site des concepteurs, je vous laisse les découvrir à l’aide des liens ci-dessous.

Calman de Spectracal / Chromapure de Tom Huffman: leur particularité est de pouvoir faire des calibrations automatiques avec certains équipements vidéo comme les video processeurs Lumagen Radiance.

Light Space CMS de Light Illusion : C’est une référence pour la calibration 3DLUT, il supporte d’ailleurs la totalité des formats 3DLUT existants.

ColorHCFR V3: c’est un logiciel gratuit créé par une bande de passionnés œuvrant sur le forum HCFR. Son développement fut stoppé pendant un temps puis repris il y a 3 ans environ. Il n’offre pas de fonction de calibration automatisée.

Comment vérifier l’influence de la source connectée au diffuseur qui vient d’être calibré ?

L’objet de cet article est de parler de la calibration vidéo d’un diffuseur Haute Définition (full HD ou Ultra HD) car c’est le standard imposé par le marché d’aujourd’hui pour le Home Cinéma. Ce standard présente l’énorme avantage de normaliser les sources grâce à son cahier des charges stricte autant sur les protections anti-copie à adopter que sur les normes colorimétriques à respecter. Ainsi, une source Haute Définition sera numérique par nature avec comme conséquence d’être, dans 99% des cas, relativement neutre et demandera donc peu de réglages une fois connectée au diffuseur qui vient d’être calibré.

Pour vérifier et, le cas échéant, régler une source, il faut utiliser un média qui contienne les mires nécessaires. Parmi les plus célèbres je peux citer les incontournables Spears & Munsil High Definition Benchmark et DVE essentials mais un petit nouveau commence à s’imposer comme une référence, à savoir : le disque de calibration de Ted.  C’est vraiment mon coup de cœur, je l’utilise d’ailleurs moi-même pour réaliser mes calibrations et je ne peux que vous le recommander.

Ted's calibration disk

En plus de contenir toutes les mires requises, le disque de Ted se décline sous plusieurs formats : blu-ray, MKV et AVI. Il permet ainsi de vérifier un grand nombre de sources. Son autre particularité est de pouvoir s’interfacer avec les logiciels de calibration cités dans cet article et de transformer votre source en un véritable générateur de mires permettant ainsi de traiter le cas particulier des lecteurs blu-ray ou lecteurs multi-média qui ne respecteraient pas les normes et recommandations préconisées par HDMI.

Puis-je calibrer mon installation moi-même ?

La réponse est « oui ». Toutefois la démarche n’est pas simple, elle demande beaucoup d’investissements personnels et des moyens matériels couteux si on souhaite respecter les règles de l’art. Pour vous lancer dans cette aventure, je ne peux que vous conseiller de suivre un des innombrables tutoriels disponibles sur la toile, j’ai sélectionné pour vous ceux qui me semblaient les plus pertinents :

Sur le forum HCFR, à l’aide du logiciel ColorHCFR: ColorHCFR V3

Sur le forum HCFR, à l’aide du logiciel de calibration Chromapure : La calibration Chromapure pas à pas

Sur le forum HDFEVER, un tutoriel que j’avais écrit pour débuter avec Light Space CMS : Light Space CMS

Sur le forum Cin&Son, un tutoriel pour calibrer son PC Home Cinema (PCHC) quand il utilise le renderer vidéo madVR: Auto calibration de diffuseur sur PCHC! (3DLUT)

A noter que la calibration vidéo d’une configuration avec un PCHC est particulière car elle ne permet pas de calibrer le diffuseur uniquement mais obligatoirement le couple PCHC/Diffuseur. La conséquence est que le calibration ainsi effectuée ne peut pas être utilisée avec les autres sources de votre Home Cinéma (lecteur de blu-ray, lecteur multimédia, lecteur de DVD).

Pourquoi faire appel à un professionnel ?

Si vous n’avez ni l’envie, ni le temps ou ni les moyens matériels de faire la calibration vidéo vous-même, faire appel aux services d’un professionnel est alors le choix qui s’impose.

Le prix d’une prestation varie généralement entre 200€ et 500€ TTC. Ça peut paraître cher mais c’est un réel investissement car une calibration est durable dans le temps. De plus, si on met dans la balance ce que coute une calibration faite par soi-même et une calibration faite par un professionnel on se rend compte qu’une telle prestation est en définitive plutôt bon marché.

Performance Home Cinéma vous met en relation avec des professionnels qui opèrent sur différentes zones géographiques, visitez la page Services pour plus de détails.

Le mot de la fin

Ce petit tour d’horizon sur les généralités de la calibration vidéo est terminé et j’espère qu’il vous a apporté quelques éclaircissements sur cette étape essentielle à réaliser sur votre installation si vous souhaitez en exploiter tout son potentiel.

A bientôt.

Alexandre

Téléchargez cet article

451.30 KB | 8 téléchargements

Vous devez vous identifier pour accéder au téléchargement