LightSpace CMS – Entretien avec Steve Shaw

Chers lecteurs de Performances Home Cinéma, découvrez ci-dessous un entretien exclusif avec Steve Shaw, le directeur de Light Illusion et le créateur du logiciel de calibration vidéo LightSpace CMS.

Alexandre: Steve Shaw, you are the CEO of Light Illusion, a company which provides color management tools and services across all sectors of the film, TV and Broadcast industry and more recently for Home Cinema market. With the National Association of Broadcasters (NAB) edition 2015 where Light Illusion was, the recent announcement from HDMI forum about HDR technology and the addition of the standard SMPTE 2084 in your color management software LightSpace CMS, I thought that it was the right time to realize this interview by making a point with you and see how the Home Cinema calibration market might be impacted in the short run.

First of all, could you introduce yourself and your company to the readers of Performances Home Cinema?

Steve Shaw:

I’ve been in the film & TV industry for more years that I care to remember, as an engineer and creative. Initially with Quantel, where I was responsible for their high-end film and TV systems, including Harry, Henry and Domino.

I then started a London/Soho based post-production company, aptly named Men In White Coats, where we were at the forefront of digital film post-production, performing digital visual effect work on a range of feature films.

After a short stint as Technical Director for Cintel, a manufacturer of film telecine systems, I started a consultancy service, providing both technical and creative services for the film industry, called Digital Praxis, which later became Light Illusion.

Some of the projects worked on can be seen on the IMDb: Click Here.

It was the work performed during this period that resulted in the first versions of our colour tools, developed specifically to deal with issues I faced during the projects I was consulting on, or acting as colourist for.

The colour tools have since become the main focus for Light Illusion, with a team of developers now working on the range of tools we provide.

Light Illusion has become the world’s leading provider of colour management tools for the professional film and TV industry, with the same technology now being adopted by Home Cinema enthusiasts around the world.

See: Click Here.

Alexandre: Indeed, that is a quite long customer list which seems growing day after day. I’m very proud that my name belongs to it. I pay attention to use the best hardware and software I can to perform video calibration for my customers and using LightSpace CMS was a logical choice for me. No doubt that your experience in the film, TV and broadcast industry has served to make LightSpace CMS so powerful. Actually, I have another job that I do in parallel to my video calibration services for which, as engineer, I’m in charge to design and deploy automatic train control system around the world (Lausanne, Singapore, Cairo, and Seoul as recent examples) so I know how the industrial world needs to be rational to be efficient and that is something that I have immediately met with your software during my calibration video services.

But before to speak further about LightSpace CMS, I would like to get your feedback about the last NAB show held in April 2015 where you were, especially if you have heard and seen things that might impact the Home Cinema calibration market in the short run.

Steve Shaw:

The biggest impact for home cinema is most definitely HDR.

But, there are problems to overcome for the ideas behind HDR before it can be accepted as a viable reality.

One display on show at NAB was 2000 Nits, and it was far too bright for the almost blacked-out environment it was in.

It actually hurt to watch, and there is no way I would ever want to grade a project on such a display – and I’ve graded quite a number of films.

In a bright home environment it would be impressive in daylight, but you would suffer the same problem at night.

Primarily, the issue is with the fact that scenes change very rapidly within films and tv shows, causing very sudden jumps in dynamic range. This is not normal in the real world.

In the real world change between different brightness levels are nearly always relatively slow.

We all have experience of the issues when it is not slow, such as when driving and coming out of shadow into sunlight. The human visual system is just not made to react well to such fast changes, and HDR with excessive peak brightness levels will be a problem, no matter how ‘impressive’ the display may be.

This is a situation when bigger is most definitely not better.

Alexandre: I see your point Steve. I enjoy my home cinema in a dedicated room which is totally dark and my video projector is calibrated to reach the 48 nits required. I can confirm that, depending of the film, a sudden change from a dark to a very bright scene can be really unpleasant. So, I can easily imagine how hurt it could be if my video projector displayed 2000 nits or even 100.

For this reason, my guess is that HDR is probably more than that. I mean, if we take a look into the photography world, HDR is something really efficient and pleasant and I think that the purpose for the cinema should be something similar. Anyway I hope so and we will see at the end of the year when HDR content is available.

Recently you have added the support of SMPTE 2084 in LightSpace CMS, could tell us more about this new feature?

Steve Shaw:

SMPTE 2084 is a Gamma Curve, actually the Dolby PQ curve. As for all standards, we added it as soon as it was officially ratified.

Alexandre: Dolby Vision seems really promising. I look forward to discovering it soon through commercial digital cinema graded for and of course, later on, about the end of this year, through home cinema with new 4K UHD HDR content.

To conclude on the HDR topic, I wanted to show to the readers of Performances Home Cinema a couple of LightSpace CMS screenshots taken from my laptop where we can see how big the difference can be for gamma curve between the REC709 standard and the SMPTE 2084 one. On the left, in blue, the measured gamma of my video projector (JVC X35), it matches perfectly with the one expected by REC709 (gamma = 2.2). On the right, we can see how far the gamma curve of REC709 (blue curve) is from SMPTE 2084 (black curve). Impressive, isn’t it ?

Gamma REC709

Gamma REC709

SMPTE 2084

SMPTE 2084 vs REC709

Well, I think it is now the time to speak about LightSpace CMS because you told me before to start this interview that a new version was in preparation with some new features.

Steve Shaw:

Indeed, there is currently a LightSpace CMS Beta Test x7.0.0 version we are working on. New Features are as follows:

Gamut Triangle Level

The new Gamut Triangle Level function enables the visualisation of a display’s gamut at all matched RGB primary points throughout the full stimulus range. By cycling through list of available matched RGB primary points it is possible to see the shape and size of the Gamut, and see at what levels it is smaller or larger that the desired target. This is extremely helpful when it comes to understanding the underlying capabilities of a given display.

Stimulus Levels

The Stimulus Levels function is another of the ‘filters’ for the CIE graphs, and defines how the measured points are shown. As with all the points filters they are additive options, and will combine with any other filters selected. The Stimulus Levels filter will show any and all points that include the selected value within any R, G, or B stimulus data. This enables easier selection of a given point to enable it to be isolated via a double click to see the points associated measured colour data and Delta-E values.

Delta-E

The Delta-E filter is also another of the ‘filters’ for the CIE graphs, and defines how the measured points are shown. As with all the points filters they are additive options, and will combine with any other filters selected. Therefore to see just the points within the available Delta-E ranges first disable all other filter tick boxes. The benefit of this filter function is that it enables a quick assessment of the spread of Delta-E values within the measured profile, allowing a very quick understanding of the overall accuracy of the display.

Below an example of these 3 filters:

LightSpace CMS GAMUT, new feature

Reports

The new Reporting feature enables a .pdf export of the various graphs, as well as details on various aspects of the selected profile, including Luma range, contrast, Delta-E ranges, etc., as well as user editable sections for client name, display, probe data, and more.

 Below an example with two pages extracted from a report generated through LightSpace CMS:

LightSpace CMS Report LightSpace CMS Report

Alexandre: that is really great. It’s very kind of you to share this information in exclusivity for Performances Home Cinema. I look forward to using this new version of LightSpace CMS. Features added will be very useful.

When do you schedule to put in line an official version? As it is a big improvement, should LightSpace CMS owner have to pay a fee to get this upgrade?

Steve Shaw:

It will be releases in a week or so, and will be a free upgrade to all users.

Alexandre: very well. I’m pretty sure that all Light Space CMS owners will be more than satisfied with this new version.

Steve, I wanted to thank you for having spending time with me to answer to my questions. It was really a pleasure to speak with you.

Alexandre: Steve Shaw, vous êtes le responsable de Light Illusion, une société qui fournit des outils et des prestations dans divers secteurs de l’industrie du cinéma, de la télévision et de la diffusion et plus récemment pour le marché du Home Cinéma. Avec l’édition 2015 du National Association of Broadcasters (NAB) ou Light Illusion était présent, l’annonce récente du HD forum concernant la prise en charge de la technologie HDR et l’ajout de la norme SMPTE 2084 dans votre logiciel LightSpace CMS, j’ai estimé que c’était le moment opportun pour réaliser cet entretien pour faire un point avec vous sur le marché du Home Cinéma et notamment comment ces annonces pourraient l’impacter à court terme.

Tout d’abord, pourriez-vous vous présentez aux lecteurs de Performances Home Cinema?

Steve Shaw:

Je suis dans l’industrie du film et de la télévision depuis plus d’années que je n’arrive à me souvenir, en tant qu’ingénieur et créateur. Initialement avec Quantel, où j’étais responsable de leurs systèmes haut de gamme, incluant Harry, Henry et Domino.

Puis j’ai lancé une société de post-production basée à Londres/Soho, justement nommée “Men In White Coats » (les hommes en manteaux blancs), où nous étions à la pointe de la post-production de films numériques, effectuant un travail sur les effets numériques sur un éventail de films longs métrages.

Après une courte mission comme directeur technique à Cintel, un fabriquant de système télécinéma, j’ai commencé une activité de consultant, proposant des prestations à la fois techniques et de création pour l’industrie du film, sous le nom Digital Praxis qui plus tard devenait Light Illusion.

Quelques-uns des projets sur lesquels je travaillais peuvent être vus sur le site IMDb : Cliquez ICI.

Ce fut le travail réalisé durant cette période qui donna les premières versions de nos outils de colorimétrie, développés spécifiquement pour répondre aux problèmes auxquels j’étais confronté sur les projets où j’étais consultant ou intervenant comme coloriste.

Les outils de colorimétrie sont devenus depuis le principal axe de travail pour Light Illusion avec une équipe de développeurs travaillant maintenant sur la gamme de produits que nous proposons.

Light Illusion est devenu le principal fournisseur mondial d’outils de gestion colorimétrique pour l’industrie du film et de la télévision avec la même technologie désormais adoptée par les passionnés d’Home Cinéma un peu partout dans le monde.

Voyez par vous-même : Cliquez ICI.

 

Alexandre: En effet, c’est une liste de client plutôt bien remplie et elle semble grandir jour après jour. Je suis assez fier que mon nom y figure. Je fais en sorte de toujours utiliser les meilleurs matériels et logiciels que je peux pour réaliser mes prestations de calibration vidéo et l’utilisation de LightSpace CMS s’est imposée comme le choix logique à faire. Il est évident que votre expérience dans l’industrie du film, de la télévision et la diffusion a contribué à rendre LightSpace CMS aussi puissant. En fait, j’ai un autre métier que je mène en parallèle de mes activités de calibration vidéo pour lequel je suis ingénieur en charge de spécifier et de déployer des systèmes de signalisation qui assurent la sécurité et le pilotage automatique de trains un peu partout dans le monde (Lausanne, Singapour, Le Caire et Seoul sont les exemples les plus récents), je sais donc à quel point le monde industriel a besoin d’être rationnel pour être efficace et c’est quelque chose que j’ai tout de suite ressenti en utilisant votre logiciel.

Mais avant de parler plus en détail de LightSpace CMS, j’aimerais avoir votre ressenti concernant le dernier NAB show où vous étiez et qui s’est déroulé en avril 2015, y avez-vous entendu ou vu des choses qui pourraient impacter le marché de la calibration home cinéma à court terme.

Steve Shaw:

Le plus gros impact pour le home cinéma est bien évidement le HDR.

Mais, il y a des problèmes à surmonter avant que HDR puisse être accepté comme une réalité viable.

Un diffuseur en démonstration au NAB pouvait délivrer 2000 Nits et il était bien trop lumineux pour l’environnement quasi sombre dans lequel il était installé.

Le regarder était en fait blessant, et en aucune façon je n’aurai voulu calibrer un projet sur un tel écran – et j’en ai pourtant calibré un certain nombre déjà.

Dans un environnement lumineux chez vous, il aurait été impressionnant en plein jour, mais vous auriez souffert du même problème la nuit.

Principalement, le problème vient du fait que les scènes changent très rapidement dans les films et les séries TV causant des sauts soudains de dynamique dans l’image. Ce n’est pas comme cela dans le monde réel.

Dans le monde réel les changements entre les différents niveaux de luminance sont la plupart du temps relativement lents.

Nous avons tous eu une expérience de ces problèmes quand par exemple vous conduisez et que vous sortez brusquement d’une zone sombre pour arriver dans une zone ensoleillée. La vision humaine n’est pas adaptée pour réagir correctement à de tels changements rapides de luminosité, et HDR avec ses niveaux élevés de luminance peut donc être un vrai problème, peu importe la qualité intrinsèque de l’écran.

C’est la situation où « pouvoir faire plus » n’est pas forcément synonyme de « pouvoir faire mieux ».

Alexandre: Je vois où vous voulez en venir Steve. Je profite de mon home cinéma dans une salle dédiée totalement sombre et mon vidéo projecteur est calibré pour donner les 48 Nits requis. Je peux confirmer qu’en fonction du film, un changement soudain de scène sombre vers une scène très lumineuse peut être vraiment désagréable. J’imagine donc tout à fait ce que pourrait donner un vidéo projecteur affichant 2000 nits ou même 100.

Pour cette raison, je devine que HDR est probablement plus que ça. Je veux dire, si nous nous penchons sur le monde de la photographie, HDR est quelque chose de réellement efficace et plaisant et je pense que le but de HDR pour le cinéma devrait être quelque chose de similaire. Ceci étant je l’espère et nous pourrons le constater vers la fin de l’année quand les premiers média HDR seront disponibles.

Récemment vous avez ajouté le support de la norme SMPTE 2084 dans LightSpace CMS, pourriez-vous nous en dire plus sur cette nouvelle fonction ?

Steve Shaw:

SMPTE 2084 est une courbe de Gamma, en fait celle de Dolby. Comme pour toutes les normes ou recommandations, nous l’avons ajouté dès que cette norme fut officiellement ratifiée.

Alexandre: Dolby Vision semble vraiment très prometteur. J’ai hâte de découvrir les premiers films intégrant ce procédé dans les cinémas commerciaux calibrés pour et naturellement, plus tard, vers la fin de cette année, au travers du home cinéma avec les nouveaux médias 4K UHD HDR.

Pour clore ce point sur HDR, je tenais à montrer aux lecteurs de Performances Home Cinema deux captures d’écran de LightSpace CMS que j’ai réalisées depuis mon PC portable où on peut voir la différence qui existe pour la courbe de gamma entre la norme REC709 et la norme SMPTE 2084. A gauche, en bleu, la courbe de gamma mesurée de mon vidéo projecteur (JVC X35), elle coïncide parfaitement avec celle attendue par REC709 (gamma = 2.2). Sur la droite, nous pouvons voir combien la courbe de gamma REC709 (courbe en bleu) est loin de celle de SMPTE 2084 (courbe en noire). Impressionnant, n’est-ce pas ?

Gamma REC709

Gamma REC709

SMPTE 2084

SMPTE 2084 vs REC709

Bien, je pense qu’il est maintenant temps de parler de votre logiciel LightSpace CMS car vous m’avez dit avant de débuter cette interview qu’une version était en préparation et qu’elle proposerait plusieurs nouvelles fonctionnalités.

Steve Shaw:

En effet, nous travaillons actuellement sur une version béta de LightSpace CMS qui propose les nouvelles fonctionnalités suivantes :

Gamut Triangle Level

La nouvelle fonction « Gamut triangle level » permet de visualiser le gamut de l’écran sous divers stimuli. En choisissant via la liste de points RVB disponibles il est possible de voir la forme et la taille du gamut et voir pour quels niveaux il est plus petit ou plus grand que le gamut cible. Ceci est très utile quand il est nécessaire de bien appréhender les capacités intrinsèques d’un écran donné.

Stimulus Levels

La fonction « Stimulus Levels » est un autre des ‘filtres’ pour les graphes CIE, et elle définit comment les points mesurés sont montrés. Elle peut se combiner avec d’autres filtres. Le filtre « Stimulus Levels » montrera tous les points qui contiennent la valeur sélectionnée. Cela permet de sélectionner plus facilement un point donné pour lui permettre d’être isolé par un double-clic.

Delta-E

Le filtre Delta-E est aussi un des ‘filtres’ pour les graphes CIE , et il définit comment les points mesurés sont montrés. Il peut se combiner avec d’autres filtres. Pour cette raison, afin de voir simplement les points contenus dans l’intervalle delta-E choisi, il faut d’abord désélectionner tous les autres filtres. L’utilité de ce filtre est de pouvoir évaluer rapidement la répartition des points sur le graphe CIE en fonction de leur Delta-E permettant ainsi une compréhension vraiment rapide de la précision colorimétrique du diffuseur.

Ci-dessous un exemple de ces 3 filtres :

LightSpace CMS GAMUT

LightSpace CMS GAMUT, nouvelle fonctionnalité

Rapport

LightSpace CMS permet désormais d’exporter en PDF plusieurs types de graphiques ainsi que des détails sur divers aspects du profil sélectionné incluant un intervalle de Luma, le contraste, des intervalles de Delta-E, etc., mais aussi des sections personnalisables par l’utilisateur pour préciser le nom du client, le type d’écran évalué, le type de sonde utilisée, et plus encore.

Ci-dessous un exemple de deux pages tirées d’un rapport généré via LightSpace CMS :

LightSpace CMS Report LightSpace CMS Report

Alexandre: c’est très bien. C’est vraiment très sympa de votre part de partager ces informations en exclusivité avec les lecteurs de Performances Home Cinema. J’ai hâte d’utiliser cette nouvelle version de LightSpace CMS. Les fonctionnalités ajoutées sont vraiment très utiles.

Quand pensez-vous pouvoir mettre en ligne une version officielle ? Comme il s’agit d’une grosse mise à jour, est-ce que les utilisateurs de LightSpace CMS auront à payer une somme pour pouvoir en bénéficier ?

Steve Shaw:

Une version sera disponible dans environ une semaine, et elle sera gratuite pour tous les utilisateurs de LightSpace CMS.

Alexandre: très bien. Je suis certain que tous les utilisateurs de LightSpace CMS seront plus que satisfaits avec cette nouvelle version.

Steve, je voulais vous remercier pour avoir passé du temps à répondre à mes questions. Ce fut réellement un plaisir d’échanger avec vous.

Téléchargez cet article

606 KB | 1 téléchargements

Vous devez vous identifier pour accéder au téléchargement