Faire du HDR en vidéo projection avec un Lumagen Radiance PRO

Le Sony VPL-VW1100ES m’a été prêté par Sony France, merci Maxime pour votre confiance.

Vous pouvez réagir à cet article en consultant le topic dédié à ce dossier et hébergé sur le forum Cin&Son en cliquant ICI.

Introduction et objet de ce dossier

Je me rends compte comme il est difficile de parler de HDR en vidéo projection uniquement en expliquant la théorie mise en œuvre. J’ai donc décidé de proposer une série de petits articles dans lesquels je propose des screenshots pour expliquer les avantages du HDR face au SDR.

Présentation de l’environnement et du matériel utilisé

Le Sony VPL-VW1100ES pour élaborer ce dossier n’est pas compatible HDR/REC2020. J’ai choisi ce modèle justement pour cette non compatibilité afin de démontrer qu’au delà de la course marketing au nombre de nits pour les TV ou au nombre de lumens pour la vidéo projection, le HDR/REC2020 est avant tout une affaire de traitements vidéo et de mise en œuvre intelligente.

Il est important de comprendre que le HDR (HDR10, ST2084) n’est rien d’autre qu’une évolution majeure de notre fameuse courbe de gamma utilisée en SDR. Pour que le HDR fonctionne il y a deux contraintes :

  • la première qui n’a rien à voir avec le traitement HDR lui même mais uniquement avec la protection anti-copie : il faut que la chaine vidéo soit HDCP 2.2 (mais il existe des solutions pour s’en sortir si ce n’est pas le cas)
  • la seconde : il faut que les algorithmes qui mettent en œuvre le HDR soient capables de prendre en considération l’environnement de projection et les performances du diffuseur

C’est donc en toute logique que j’ai utilisé le Sony VPL-VW1100ES et le Lumagen Radiance PRO pour élaborer cette série d’articles.

Le lecteur Blu-ray 4K HDR est le Samsung UBD-K8500, firmware 10008.

A noter que le Lumagen Radiance PRO fait la mise à l’échelle 4K UHD (3840x2160p) vers 4K CINEMA DCI (4096x2160p) ceci afin d’utiliser toute la matrice SXRD du Sony VL-VW1100ES. Le Radiance PRO s’occupe aussi de faire le tone mapping et le gamut mapping nécessaire en se basant sur une 3DLUT HDR/REC2020 réalisée avec le logiciel LightSpace CMS.

Les screenshot ont été réalisés dans ma salle dédiée qui est totalement noire via un écran blanc: murs avec tissu acoustique noir, sol avec moquette noire et plafond avec des dalles acoustiques noires. Les dimensions de ma salle sont les suivantes : 6.5m x 4m x 2.35m.

Les matériels et moyens utilisés étaient les suivants :

Un APN Finepix F300EXR.

Marque Fujifilm, en mode automatique, sans flash, positionné sur un pied à environ 4.5m l’écran.

Un écran micro perforé au format 2.35.

Marque Oray, 3.5m de base. Gain de 1.0 (donc sans gain).

Le vidéo projecteur Sony VPL-VW1100ES.

Heures de fonctionnement au début des tests : 100 heures. Placé à 5m de l’écran et à 1.90m de hauteur (utilisation du lens shift vertical).

Un câble HDMI-HDMI.

Marque HD Elite. Longueur 10m.

Le vidéo processeur Lumagen Radiance PRO.

Modèle 4242.

Un lecteur de Blu-Ray 4K HDR.

Marque Samsung, modèle UBD-K8500, firmware 10008.

Un colorimètre professionnel.

Marque Colorimetry Research, Inc., modèle CR-100.

Un spectromètre professionnel.

Marque Colorimetry Research, Inc., modèle CR-250RH.

Un logiciel de calibration professionnel.

LightSpace CMS de Light Illusion, version HTP pour effectuer la prise des mesures et créer les 3DLUT HDR/REC2020.

Un logiciel d’analyse des profils et de création des statistiques.

Outil propriétaire que j’ai créé moi-même et que j’utilise pour réaliser mes prestations.

Un ordinateur portable.

Marque DELL, modèle LATITUDE 3560 sous Windows 7 PRO 64 bits dont l’écran et sa sortie HDMI ont été calibrés via le logiciel SpaceMatch DCM de Light Illusion.

Des mires adaptées.

Sur fond d’écran totalement noir dont la taille valait 80% de la surface de l’écran, mires générées par LightSpace CMS via le Lumagen Radiance PRO à la résolution 4K CINEMA DCI à 24 Hz en YCbCr 4:2:2, 12 bits SDR/WCG.

Partie 1

J’ai choisi le blu-ray 4K UHD SAN ANDREAS. C’est un très bon exemple de ce qu’il faut attendre du HDR, à savoir :

  • une meilleure reproduction de la profondeur de champ par rapport à la version SDR
  • pour une même scène le HDR doit révéler autant de détails dans les parties sombres que dans les parties lumineuses
  • des couleurs plus intenses lorsque cela est nécessaire comme dans le cas d’une flamme, ou d’un néon, par exemple. Les autres couleurs comme le vert des forets, le bleu du ciel et de la mer, les tons chairs sont déjà présents dans REC709.
  • des couleurs naturelles, celles de la vrai vie !

A noter :

  • la base de mon écran au format 2.35 mesure 3.5m. Le Sony VW1100ES est donc poussé dans ses retranchements
  • le taux de contraste séquentiel vaut environ 8000:1
  • les noirs sont débouchés : si ce n’est pas le cas sur votre écran d’ordinateur alors il faut que vous le calibriez correctement en REC709 ou sRGB
  • les couleurs sont naturelles : si ce n’est pas le cas sur votre écran d’ordinateur alors il faut que vous le calibriez correctement en REC709 ou sRGB
  • l’image obtenue est bien plus nette en réalité que via le rendu reproduit ci-dessous
  • Le sharpness et le reality creation du Sony VW100ES sont désactivés. Le sharpness du Radiance PRO aussi, à l’exception du No Ring scaling qui est toujours actif.
Partie 1- San Andreas HDR #0

Partie 1- San Andreas HDR #0

Partie 1- San Andreas HDR #1

Partie 1- San Andreas HDR #1

Partie 1- San Andreas HDR #2

Partie 1- San Andreas HDR #2

Partie 1- San Andreas HDR #3

Partie 1- San Andreas HDR #3

Partie 1- San Andreas HDR #4

Partie 1- San Andreas HDR #4

Partie 1- San Andreas HDR #5

Partie 1- San Andreas HDR #5

Partie 1- San Andreas HDR #6

Partie 1- San Andreas HDR #6

Partie 1- San Andreas HDR #7

Partie 1- San Andreas HDR #7

Partie 1- San Andreas HDR #8

Partie 1- San Andreas HDR #8

Partie 1- San Andreas HDR #9

Partie 1- San Andreas HDR #9

Partie 1- San Andreas HDR #10

Partie 1- San Andreas HDR #10

Partie 1- San Andreas HDR #11

Partie 1- San Andreas HDR #11

Fin de l’article, merci de l’avoir lu jusqu’au bout 😉