Calibration SDR et HDR du vidéo projecteur JVC X7500

Le JVC X7500 m’a été prêté par CINEMOTION. Merci Richard pour ta confiance. L’enseigne CINEMOTION a déjà vendu cet exemplaire. C’était un exemplaire de série et neuf au moment où je l’ai testé. Pour contacter CINEMOTION , cliquez ICI.

Vous pouvez réagir à cet article en consultant le topic dédié à ce dossier:

 


Introduction et objet de ce dossier

En guise de préambule, je tenais à m’excuser auprès de l’enseigne CINEMOTION ainsi qu’auprès de mes fidèles lecteurs pour ne pas avoir pu publier ce test plus tôt, c’est à dire dès le mois de juin 2017. En effet pour diverses raisons que je ne vais pas expliquer ici, j’ai dû mettre ma passion pour le home cinema un peu de côté afin de gérer des tâches plus prioritaires.

Ce dossier est l’occasion de vous présenter une nouvelle trame d’écriture, plus simple, avec plus de photos et des suggestions de réglages, tout en présentant les mesures réalisées, seul moyen objectif d’évaluer une calibration vidéo.

Voir le rappel sur REC709 et REC2020

  • REC709 est l’espace couleur de référence utilisé pour l’encodage et la reproduction des contenus Haute Définition (HD) disponibles notamment sur les disques Blu-Ray. La recommandation ITU-BT-709 ou REC709 pour la haute définition (1080p ou 1 920 × 1 080 pixels) est disponible en cliquant ICI.
  • REC2020 est l’espace couleur de référence utilisé pour l’encodage et la reproduction des contenus Ultra Haute Définition (UHD) disponibles notamment sur les disques Blu-Ray 4K HDR.

Voir le protocole et explication de la méthode pour comparer les calibrations

  • C’est une comparaison directe des DeltaE 2000 entre les différentes calibrations/optimisations manuelles que j’ai réalisées.
  • Environnement de projection identique pour chacune des campagnes de mesures : temps de chauffe des appareils identique, durées maximales d’utilisation identiques, température ambiante régulée et constante (21°C).
  • Distance et positionnement de la sonde colorimétrique identique pour chacune des campagnes de mesures.
  • Utilisation d’une sonde colorimétrique professionnelle ayant une très bonne répétabilité et fiabilité des mesures.
  • Utilisation d’un spectromètre professionnelle pour étalonner le colorimètre.
  • Utilisation d’un générateur de mires sans dérive colorimétrique.
  • Utilisation des mêmes couleurs pour comparer les mesures entre elles.
  • Voir les matériels et moyens utilisés

    • Le JVC X7500 a été évalué dans ma salle dédiée qui est totalement noire : murs avec tissu acoustique noir, sol avec moquette noire et plafond avec des dalles acoustiques noires. Les dimensions de ma salle sont les suivantes : 6.5m x 4m x 2.35m.
    • Un écran micro perforé au format 2.35., marque Oray, 3.5m de base. Gain de 1.0 (donc sans gain)
    • Le vidéo projecteur JVC X7500, heures de fonctionnement au début des tests : 0 heure. Placé à 5m de l’écran et à 1.90m de hauteur (utilisation du lens shift vertical)
    • Un câble HDMI-HDMI, marque HD Elite. Longueur 10m.
    • Le générateur de mires Lumagen Radiance PRO, modèle 4242
    • Un lecteur de Blu-Ray 4K HDR pour vérifier subjectivement la calibration manuelle, marque Samsung, modèle UBD-K8500.
    • Un colorimètre professionnel, marque Colorimetry Research, Inc., modèle CR-100.
    • Un spectromètre professionnel, marque Colorimetry Research, Inc., modèle CR-250RH.
    • Un logiciel de calibration professionnel, LightSpace CMS de Light Illusion, version HTP pour effectuer la prise des mesures.
    • Un logiciel d’analyse des profils et de création des statistiques, outil propriétaire que j’ai créé moi-même et que j’utilise pour réaliser mes prestations.
    • Un ordinateur portable, marque DELL, modèle LATITUDE 3560 sous Windows 7 PRO 64 bits dont l’écran et sa sortie HDMI ont été calibrés via le logiciel SpaceMatch DCM de Light Illusion
    • Des mires adaptées, sur fond d’écran totalement noir dont la taille valait 75% de la surface de l’écran, mires générées par LightSpace CMS via le Lumagen Radiance PRO à la résolution 1080p ou 4K à 24 Hz en YCbCr 4:2:2.

     


    Mon avis sur le JVC X7500

    Commençons par le seul vrai défaut que j’ai pu trouver à cet excellent JVC X7500 et pour lequel l’utilisateur ne pourra pas y faire grand chose: le JVC X7500 a un temps d’accroche HDMI plutôt long. Je l’ai évalué à 15s environ. Il faudrait que JVC améliore ce point qui existe depuis la génération précédente.

    Une fois l’accroche HDMI effective, ce qui au final n’est pas si long au regard de la durée d’un film, le JVC X7500 fait un sans-faute, l’image qu’il délivre est nette, précise avec des couleurs éclatantes de réalisme dès lors que le mode d’image sélectionné est bien celui approprié au programme que l’on regarde, que ce soit en SDR ou HDR.

    Somptueux résumerait assez bien le ressenti global que m’a donné ce vidéo projecteur tout au long de mes 2 semaines de test.

    L’image est tout d’abord reproduite avec un piqué remarquable grâce à l’excellente qualité d’optique proposé par JVC. Une telle qualité provient sans doute d’une conception 100% tout en verre mais je ne l’ai pas vérifié. L’important est que cette optique aide les processing vidéo du JVC X7500 à reproduire sans aucun défaut rédhibitoire les images de la source et notamment le bureau Windows lorsque vous branchez un PC. J’ai bien entendu validé cette sensation en utilisant des mires de 1 pixel, toutes sont passées sans qu’aucun défaut ne soit détecté.

    L’eshift aura été d’ailleurs un vrai atout pour conserver le même type d’image que ce soit en mode de projection format 2.35 (eshift activé) où la base d’écran utile vaut 3.5m ou en mode de projection 16/9ieme (eshift désactivé) où la base d’écran utile est réduite à 2.6m. Je n’ai pas trouvé de défauts majeurs à son utilisation.

    L’optique motorisée du JVC X7500 m’a grandement facilité la tâche pour passer du mode de projection format 2.35 à celui au format 16/9ieme et vice et versa. La modification du zoom, du décalage (lens shift) et du focus se font en quelques clics de télécommande et peuvent être mémorisés puis rappelés très simplement. Ce n’est pas une nouveauté puisque cette fonctionnalité existait déjà sur les générations précédentes mais en comparaison avec mon JVC X35 qui propose aussi des mémoires de zoom, la gestion faite par le JVC X7500 est plus convaincante puisqu’il m’a fallu changer de mémoire de zoom environ 10 fois de suite (contre 2 fois avec mon JVC X35) pour commencer à perdre de la précision avec le décalage de l’objectif (lens shift), zoom et focus restant quant à eux parfaitement conformes aux réglages mémorisés.

    Enfin, les performances colorimétriques sont bien au rendez-vous. Sans aucun réglage, le JVC X7500 permet déjà d’avoir une image plus que convenable mais comme vous vous en doutez surement, seule une calibration permet d’exploiter tout le potentiel de la machine dans le cadre de son installation. Une fois réglé en tenant compte de son environnement de projection, le JVC X7500 est excellent pour la reproduction des blu-ray 1080p, très bon pour la reproduction de programme de type DCI (blanc à D65, gamma 2.2 ou blanc à D63 gamma 2.6) et bon pour la reproduction de type blu-ray 4K HDR ST2084/REC2020.

    Vous l’aurez compris, ce JVC X7500 m’a procuré beaucoup de plaisir pendant toute la durée de mes tests. Il délivre une image très équilibrée avec un niveau de noir vraiment excellent et un contraste séquentiel élevé même après calibration avec plus de 24000:1 dans la plupart des cas que ce soit en SDR ou HDR. C’est donc sans hésitation que je vous recommande ce JVC X7500 qui saura vous apporter une grande satisfaction quel que soit le programme regardé.

    Le prix public du JVC X7500 se situe aux alentours des 5000 euros (en blanc ou noir) à la date d’octobre 2017.

     


    Les screenshots

    Le flou des screenshots est dû à la prise de la photo elle-même. L’image à l’écran était très nette et précise.

    En HDR, JVC X7500 calibré via ses outils de calibration embarqués.

    En SDR, JVC X7500 calibré via ses outils de calibration embarqués.

     


    Les mesures

    Mon écran était en configuration 16/9ième donc avec une base utile de 2.6m. Les mesures réalisées en SDR l’ont été avec la lampe en mode BAS et les mesures réalisées en HDR l’ont été avec la lampe en mode HAUT. Le JVC X7500 était placé à 1.5m de mes oreilles et que ce soit en mode lampe bas ou ou haut, son ventilateur était très discret.

    Note : sauf mention contraire, les captures d’écrans pour les courbes sont toutes issues de mon outil d’analyse. Les courbes relatives à la balance des gris et les triangles CIE sont des captures de l’interface Lightspace CMS.

    Spectre du JVC X7500

    Les graphiques ci-dessous représentent les spectres lumineux mesurés à l’aide du spectromètre de référence CR-250RH. Sur la base de ces données, il a été établit une matrice de correction pour le colorimètre CR-100 afin que ce dernier soit parfaitement réglé pour évaluer et optimiser le vidéo projecteur selon son mode de fonctionnement.

    A gauche, sans le filtre qui permet d’étendre le GAMUT, à droite avec le filtre. Les échelles ne sont pas identiques mais on peut voir qu’il y a quelques différences.

    Spectre JVC X7500 sans filtre

    Spectre JVC X7500 sans filtre

    Spectre JVC X7500 avec filtre

    Spectre JVC X7500 avec filtre

    CALIBRATION SDR / REC709 – pour la lecture des blu-ray 1080p

    Voir les couleurs de référence pour mener les comparaisons des différentes calibrations

    • Pour comparer les calibrations, j’ai utilisé 1493 couleurs – dites de référence pour ce test. Ce sont les 1493 couleurs que je vérifie systématiquement pendant mes prestations de calibration.
    • Sachant qu’une couleur est la somme de 3 composantes, le rouge, le vert et le bleu, que chaque composante peut être codée numériquement sur 8 bits avec une valeur comprise entre 0 et 255 alors toutes les couleurs peuvent se représenter graphiquement dans un cube dont la structure principale est construite de la manière suivante:
      • les 3 axes principaux de ce cube sont les couleurs primaires (R,V,B) à différentes valeurs de luminance et de saturation,
      • la diagonale du cube est l’échelle de gris (ou points de saturation nulle),
      • les 8 sommets du cube sont le Rouge, le Vert, le Bleu, le Jaune, Le Cyan, le Magenta, le Blanc, toutes à 100% de luminance et 100% de saturation, et le Noir.

    Ci-dessous la représentation en 3D des couleurs utilisées pour vérifier les calibrations.

    1493 couleurs de référence

    1493 couleurs de référence

    Le mode NATUREL avec le profil couleur STANDARD est réglé par défaut pour obtenir un gamma le plus proche de 2.2. Ce mode permet d’obtenir un deltaE 2000 moyen de 3.1953 sur 1493 points de mesures, c’est relativement bon (la recommandation étant d’être inférieur à la valeur 2.2). La calibration manuelle permet d’atteindre une moyenne à 1.3366, toujours sur 1493 points, c’est excellent.

    Le taux de contraste ON/OFF dans le mode NATUREL atteint les [34499:1, pic à 66 nits] avec des noirs bouchés, la calibration manuelle avec un bon travail sur les réglages OFFSET RVB permet d’obtenir [25360:1, pic à 51 nits] sans jamais perdre aucun détail dans les scènes sombres.

    Ci-dessous la comparaison du mode NATUREL avec le profil couleur STANDARD avec la calibration REC709 réalisée via le mode USER. En bleu les résultats avec le mode NATUREL, en orange le résultat en mode USER calibré, en rouge la courbe de référence quand il est nécessaire de la représenter. L’avant dernière ligne du tableau montre à gauche le CIE du mode NATUREL et à droite le mode CIE du mode USER calibré. La dernière ligne du tableau montre à gauche la balance des gris du mode NATUREL et à droite la balance des gris du mode USER calibré.

    Le mode THX est aussi parfaitement adapté pour la lecture des blu-ray 1080p SDR. A noter que le gamma visé est 2.4, je l’ai mesuré à 2.35 dans ma salle. La comparaison avec le mode NATUREL ou le mode USER calibré n’ayant pas sens, je vous livre ci-dessous les résultats obtenus avec ce mode seul, sans calibration.

    Enfin, la comparaison en DeltaE 2000 du Color Checker SG entre les modes NATUREL, THX et USER calibré. Cette comparaison est ici tout indiqué puisqu’il s’agit de comparer le rendu des couleurs comme celui des verts d’une forêt, des bleus du ciel, des tons chairs, etc. Il y a 175 couleurs en tout.

    Avec un DeltaE 2000 moyen valant 2.3433 pour le mode NATUREL, un seul ton chair n’est pas bien rendu.

    Avec un DeltaE 2000 moyen valant 1.6591 pour le mode THX, tous les tons chairs sont bien restitués.

    Avec un DeltaE 2000 moyen valant 1.4693 pour le mode USER calibré, tous les tons chairs sont bien restitués.

    Si vous ne souhaitez pas calibrer l’appareil, je recommande l’utilisation du mode THX si votre environnement est très sombre et que les réflexions lumineuses sont bien maîtrisées, dans le cas contraire le mode NATUREL avec le profil couleur STANDARD sera à privilégier.

    CALIBRATION HDR / REC2020 – pour la lecture des blu-ray 4K HDR

    Ci-après la comparaison du mode HDR-REC2020 non calibré (à gauche) et le mode HDR-REC2020 calibré (à droite). A noter que pour la vidéo projection, le vidéo projecteur est obligé d’appliquer un processing pour que le HDR puisse être contenu dans un conteneur SDR. Heureusement Lightspace CMS permet d’adapter l’EOTF cible en utilisant un coefficient multiplicateur. Dans ma salle le JVC X7500 reproduit une EOTF ST2084 équivalente à celle utilisée s’il pouvait sortir réellement 450 nits. C’est cette EOTF que j’ai choisi comme courbe de référence en noir ci-dessous. Notez que les captures sont toutes issues de Lightspace CMS.

    Le taux de contraste ON/OFF dans le mode HDR non calibré atteint les [32336:1, pic à 90 nits] avec des noirs -trop- bouchés, la calibration manuelle permet d’obtenir [28564:1, pic à 92 nits] sans jamais perdre aucun détail dans les scènes sombres et tout en conservant le peps nécessaire pour les scènes lumineuses.

    Contrairement aux mesures SDR, celles pour le HDR ont été réalisées sur une centaine de points (contre 1493 pour le SDR).

    Fin de l'article, merci de l'avoir lu jusqu'au bout 😉

    ModeSDR calibréHDR calibré
    profil couleurNaturel/standard/ajustement noir=arret/lampe=basHDR/BT2020/ajustement noir=arret/lampe=haut
    temp couleur6500K(-3,-2,-5,1,0,0)HDR (6500K,0,-3,-9,-4,-4,0)
    gammaperso1/2.3HDR ST2084 (blanc,-3,5,3)
    contraste-110
    luminosité27